Champions de France de l’endettement !

Champions de France de l’endettement !

Nous apprenons ce jour, dans un article du Figaro, que Bagnolet a réussi à se hisser à la première place des villes les plus endettées de France. Elle n’est plus troisième, comme en 2014, mais désormais bien première sur 36.000 communes. Triste record !

Quelques constats :

Cette médaille d’or de l’endettement est en premier lieu le résultat de la mandature précédente, du duo Marc Everbecq/Laurent Jamet, qui a plombé notre ville pour presque 100 ans. Le dernier rapport de la chambre régionale des comptes permettra à chacun.e de se faire un avis éclairé. Cette gestion dispendieuse, mégalo et insincère aura durablement grevé la capacité de Bagnolet à faire face à ses engagements financiers. Leurs choix auront un impact sur nos petits-enfants et arrière-petits enfants !

Cette médaille d’or doit être partagée avec le Maire sortant, Tony Di Martino. Certes, la municipalité actuelle aura trouvé dans les placards nombre de cadavres : des factures non payées, une comptabilité insincère et des choix hasardeux… Mais le Maire sortant a bien mal géré la situation. Aujourd’hui le stock de dette a augmenté. Des emprunts à terme ont été signés, sans que la ville ne provisionne suffisamment d’argent pour y faire face (c’est une bombe à retardement). On ne constate par ailleurs aucune rupture avec des pratiques clientélistes antérieures à 2014, lesquelles grèvent durablement le budget de notre ville. Quand on parle avec les gens, on entend souvent « avec Di Martino, au moins, nous nous sommes débarrassés d’Everbecq ». Arrêtons-nous un instant sur cette affirmation: Di Martino laissera plus de dettes qu’Everbecq, des emprunts à terme non financés, une augmentation des impôts locaux qu’il avait affirmé ne jamais augmenter… la note est salée.

Plutôt que de prendre des engagements que l’on ne tiendra pas, il faut respecter les électeurs et tenir un discours sincère. C’en est fini des campagnes électorales où l’on promet sans limite emplois, logements et stabilité fiscale. Il faut être honnête et réaliste. Face à cette situation catastrophique, plusieurs mouvements politiques proposent comme unique solution une purge dans le personnel municipal. Cette vision macroniste ne trompe personne, elle démontre une vision idéologique, en décalage complet avec la réalité de notre ville.

Avec Bagnolet en Commun nous proposons, immédiatement :

  • Un audit des finances de la ville, dès le mois d’avril 2020, avec le concours de la Chambre Régionale des Comptes et du Conseil Supérieur de l’Ordre des experts comptables ;
  • Une rupture franche avec des pratiques anciennes à Bagnolet, qui monnayent un vote contre des faveurs (emploi, logement) et qui ont un impact lourd sur le budget de notre ville ;
  • Une sécurisation des parcours professionnels des agents, un redéploiement des effectifs, un accent sur la formation professionnelle et une gestion des carrières qui ne fasse pas des agents les boucs émissaires faciles ;
  • Un audit sans concession du financement des associations par la commune ;
  • Une réduction drastique du train de vie des élus et de la haute administration de notre ville, qui vivent largement au-dessus de leurs moyens ;

Sans cela, les impôts fonciers et autres taxes continueront de croître, l’attractivité de notre ville en sera durablement affectée et nous finirons par être mis sous tutelle. Certains en rêvent. Cependant, être mis sous tutelle du préfet signifie que la mairie ne gère plus que l’état civil et que le préfet ferme les services publics et licencie les agents jusqu’à retrouver l’équilibre budgétaire le plus vite possible.  C’est, entre autres, la fin du Centre Municipal de Santé, des centres de quartier et de toutes les actions publiques locales au service des habitant.e.s.

C’est pourquoi, à Bagnolet en Commun, nous proposons une gestion saine et rigoureuse qui conduira au désendettement de la ville. Ce désendettement prendra néanmoins beaucoup de temps, soyons honnêtes sur cette trajectoire.

Elle passera notamment par un audit clair de la situation financière de la ville, une meilleure information des habitant.e.s, aucune promesse inconsidérée et surtout : un horizon de développement pour notre ville qui tarde tant à se dessiner.

Les commentaires sont clos.
felis venenatis elit. venenatis, risus leo tempus